Category Archives: Transports en commun

Retour sur près de 3 semaines de galère dans les transports en commun

Entre le 23 février et le 14 mars de cette année, une ligne de transports du réseau Transilien a été victime de toute une série d’incidents d’exploitation qui ont aboutit sur cette période de 20 jours, à une rupture complète du service pendant 14 jours, à un service dégradé durant 4 jours, et à un service normal durant 2 jours qui étaient sur un WE. Comment en est-on arrivé là ? Explications.

Bien évidemment la ligne en question est celle que je prends tous les jours ouvrés pour aller à mon travail, en l’occurrence la ligne U qui relie les gares de La Verrière à La Défense. Voici un plan pour situer cette ligne, elle est tracée de couleur rose :

plan_ligneU

Cette carte montre au passage les autres lignes utilisables pour compenser l’arrêt de la U, à savoir :

  • RER C (en vert clair) de Saint Quentin en Yvelines à Issy Val de Seine puis tramway (en pointillés) de Issy Val de Seine à La Défense
  • Transilien ligne N (vert foncé) de Saint Quentin en Yvelines à Paris Montparnasse puis métro lignes 6, 12 ou 13 puis 1 jusqu’à La Défense
  • Transilien ligne N (vert foncé) de Saint Quentin en Yvelines à Viroflay rive gauche puis correspondance à pieds (800 m) pour Viroflay rive droite, de là ligne L du Transilien jusqu’à La Défense

Ces différents itinéraires de substitution représentent un allongement du temps de trajet de 20 à 30 minutes sur un trajet ferroviaire de 30 minutes avec la ligne U. Allongement non négligeable donc.

La ligne U a une spécificité qui n’arrange pas son exploitation, elle n’a aucune gare qui lui est propre, elle utilise exclusivement deux réseaux (Montparnasse – ligne N – et Saint Lazare – ligne L) reliés par un viaduc au niveau de Viroflay. Ce qui fait qu’il suffit qu’il y ait un problème sur l’un des 2 réseaux pour que l’ensemble de la ligne U soit perturbée. Ce qui fait aussi que cette ligne qui ne dessert donc aucune gare spécifiquement est souvent sacrifiée (mise à l’arrêt) lors d’importantes perturbations sur les 2 réseaux la constituant, ce qui on le verra plus tard a contribué à la galère des jours passés.
Pour plus d’information sur cette ligne : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ligne_U_du_Transilien

Lire la suite »


Jour de chance bis

Parfois les jours se suivent et se ressemblent, c’est particulièrement le cas en ce moment avec une journée encore mouvementée dans les transports en commun d’Ile de France, et encore une fois, avec des problèmes bien différents de par leur nature et leur localisation par rapport à la veille, j’ai réussi – non sans une chance assez remarquable – à éviter les difficultés du jour.

Autant hier les problèmes relevaient essentiellement des incidents d’exploitation (problèmes d’alimentation électrique), autant aujourd’hui les perturbations étaient dûes à un arrêt spontané de travail d’une grande partie des cheminots dépendant du secteur Saint Lazare suite à l’agression de l’un des leurs la veille au soir.

Ma ligne était indirectement touchée par cet arrêt, dans la mesure où elle a la particularité d’emprunter en partie des lignes du réseau Montparnasse, et des lignes du réseau Saint Lazare.

Pour bien comprendre ce qu’il c’est passé sur ma ligne (la U) il faut replacer les événements dans leur contexte en ayant une vision globale des perturbations sur le réseau Saint Lazare…

Lire la suite »


Jour de chance

Lundi 12 janvier, non je n’ai pas gagné au loto (faudrait déjà que je dépense mon argent dans les jeux de hasard pour ça), une simple journée comme les autres. Qui aurait pu tourner à la galère comme ce fut le cas pour pas mal d’autres usagers des transports en commun des lignes empruntant le tronçon Paris-Chartres. En cause : problème d’alimentation électrique à Trappes le matin, à Coignières en fin d’après-midi avec en prime des personnes sur les voies à Saint Quentin en Yvelines.

Malgré cela, en dépit d’un trafic annoncé comme étant “fortement perturbé” sur les écrans d’informations disposés en gare, mon train du matin (ligne La Verrière – La Défense) est arrivé dans ma gare à peu près à l’heure, à quelques petites minutes près. Mais surtout, à l’issue d’un trajet sans encombre, il est arrivé à son terminus pile à l’heure, une première à ce stade depuis le début de l’année. 1er miracle…

Au retour, mon train est parti à l’heure également, et a subi quelques ralentissements entre Versailles Chantiers et Saint Quentin en Yvelines où je suis descendu. Mais à l’arrivée, à peine 10 minutes de retard dans un contexte de trafic effectivement très perturbé avec de nombreuses suppressions de trains et des retards pour d’autres trains. Bref, un moindre mal dans le contexte de cette fin de journée mouvementée.

Pour finir, de la pluie menaçait de m’arroser sur le chemin du retour de la gare à chez moi, je n’ai finalement reçu que quelques petites gouttes isolées.

Y a des jours comme ça… faut pas chercher à comprendre :)


Une dernière grève SNCF pour finir 2008…

Hello !

Le 24 novembre dernier, lors de la dernière grève avant celle de ces jours-ci, j’écrivais sur ce blog qu’il devait s’agir de la dernière grève de l’année à la SNCF… et bien, la réalité m’a donné tort ! En effet, à l’occasion du passage au service d’hiver, induisant de nombreux changements d’horaires, ainsi que la mise en place du cadencement sur le réseau de Paris Montparnasse, de nombreux mouvements locaux, reconductibles, se sont enclenchés dans autant de dépôts ferroviaires.

Ainsi, concernant l’Ile de France, le trafic des réseaux Montparnasse, Saint Lazare, Paris Nord (en partie), ainsi que ceux du RER B branche nord et du RER C ont été perturbés, avec une moyenne d’environ un train sur deux en heures de pointe (on a vu pire). Cependant, sur certaines relations, le trafic tombait à 1 train sur 4 (notamment sur la ligne Paris Montparnasse – Rambouillet).

Les revendications portaient pour l’essentiel sur les conditions de travail des conducteurs.

Toujours en Ile de France, la première ligne à retrouver un trafic normal fut le RER C après 2 jours de grève; les lignes du réseau Montparnasse (les miennes) ainsi que le RER B nord vont quant à elles retrouver un rythme de croisière ce jeudi après 3 jours de grève. Le mouvement se poursuit sur le réseau Saint Lazare et la ligne H de Paris Nord.

Voici maintenant mon vécu sur cette grève, dont je peux parler au passé concernant mes trajets à venir :)

Lire la suite »


Communication à la SNCF : allez, encore un effort…

Bonjour,

Ce matin je me suis rendu à Paris au départ de Saint Quentin en Yvelines, terminus du RER C (détail important comme vous le verrez par la suite, ma mésaventure ne pouvant se produire qu’à un terminus).

En arrivant dans la gare, je constate que les panneaux d’information sont en panne, aucune indication disponible ni dans la gare, ni sur les quais – et au passage c’était encore le cas en fin d’après-midi. Les écrans bleus, eux, fonctionnaient (heureusement).

Les RER en direction de Paris partent dans cette gare de la voie A ou B, par alternance. Ce matin mon RER était annoncé voie A. Problème : 10 minutes avant l’heure du départ, voie A, aucun train présent. Voie B, une rame de RER est à quai…
5 minutes avant le départ, le prochain RER est toujours annoncé voie A sur les écrans d’info. Aucune annonce en gare ni de la part du conducteur de la rame de RER présente dans laquelle je suis monté un moment avant le départ. 2 minutes avant le départ, un RER arrive en gare, finissant sa mission en provenance de Paris, il vient s’immobiliser voie A. Aucun changement niveau infos, le prochain RER doit à priori partir voie A. Je m’y rends donc, pas totalement convaincu de faire le bon choix (par expérience, le RER qui commence une nouvelle mission part bien souvent sinon toujours avant celui qui vient de finir la sienne… mais je me suis fié aux infos affichées, sans grande conviction…)

Pendant un court instant, les 2 rames sont immobilisées à quai. Aucune info supplémentaire. Puis une fois dans le RER voie A, je constate amèrement que la rame de la voie B vient de partir… Je regarde les écrans d’info, le train de 8h40 a disparu… et voilà comment moi et pas mal d’autres voyageurs on s’est bien fait avoir ce matin…

Je suppose, du moins ose-je l’espérer, que personne parmi le personnel de la SNCF en gare ni dans la rame partie voie B, ne s’est rendu compte de l’erreur d’affichage… du coups, j’ai dû me rabattre sur un autre train pour rallier Paris, perdant au passage 20 minutes avec une correspondance supplémentaire à faire… Rien de dramatique j’avais prévu large, mais sur le coups j’étais quand même vert…


Petites grèves à la SNCF

Ce 24 novembre était le 2è jour du mois de grève à la SNCF. En cause, une réorganisation des conditions de travail pour améliorer la compétitivité du FRET.

Cependant, contrairement à l’an passé, où les grandes grèves d’octobre/novembre portaient sur la réforme des régimes spéciaux de retraite, et avait touché également la RATP, ce mois-ci les contestations se sont faites en ordre dispersé, résultant pour les usagers des gênes nettement moins importantes.

Nous avons donc eu droit à une première grève « carrée » (c’est-à-dire d’une durée fixe et non extensible, de 24h) le 6 novembre. Puis après des négociations, un deuxième mouvement social a été annoncé et s’annonçait assez musclé avant que d’ultimes négociations ne rajoutent une couche de dispersion syndicale. Au final, il y a bien eu une grève en ce 24 novembre, mais bien qu’étant annoncée reconductible, elle le n’a pas été et n’a donc duré que 24h, faute de participation suffisante des cheminots (environ 15 % de grévistes parmi les conducteurs).

Pour ces 2 dates, la répercution sur le trafic fut du même ordre : environ 50 à 70% des trains ont roulé. De plus pour les franciliens, il y avait la possibilité de se rabattre sur le réseau RATP (Tramway, métro, bus) qui n’était pas affecté.

Et en ce qui me concerne, signe que la grève n’était pas très musclée, la circulation des trains sur ma ligne, la U, n’a pas été interrompue bien que perturbée. Il y avait tout au long de la journée environ 50% des trains en circulation, soit un train toutes les 30 minutes en heure de pointe.

Ceci se traduisait par des trains bien remplis mais pas archi-bondés, surtout en fin d’après-midi (17h) où au départ de La Défense il restait de la place assise au moment de la fermeture des portes. L’adaptation à ce plan de circulation réduit ne fut pas très contraignante avec simplement un décalage en avance de 15 min par rapport à mes horaires habituels, le matin comme le soir.

Bref des mouvements sociaux de ce genre, ça passe mieux pour les usagers que ceux de l’année passée, nous ne nous en plaindrons pas ! Ce sera tout à priori pour cette année en matière de mouvements sociaux dans les transports, en principe rendez-vous l’année prochaine…

Mots clés Technorati : ,,,,

Mesures de vitesse sur le Transilien ligne U

C’est reparti pour une série de mesures embarquées avec ma montre GPS. Si vous avez apprécié le précédent épisode qui concernait la ligne C du RER dans sa partie sud-ouest, vous allez apprécier celui-ci ;)

J’ai profité en ce lundi 10 du pont du 11 novembre non pas pour sillonner les voies ferrées d’Ile de France vu que moi-même je travaillais ce jour là, mais pour dégainer ma montre GPS en pleine pointe du matin, dans un DEFI bien moins rempli que d’habitude, circulant entre 7h et 8h du matin.

Pour les novices, le DEFI est le code mission des trains circulant entre La Verrière (ville nouvelle de Saint Quentin en Yvelines) et La Défense.

Et ça démarre fort avec d’entrée de jeu une pointe à 115 km/h entre Saint Quentin en Yvelines et Saint Cyr. Pointe de courte durée vu la faible longueur du tronçon séparant ces deux gares (à peine plus de 2 km). Ensuite le tronçon suivant, plus long, entre Saint Cyr et Versailles Chantiers, a démarré avec une belle pointe à 112 km/h… rapidement interrompue par un ralentissement progressif allant jusqu’à l’arrêt en pleine voie (les joies de la pointe du matin, il devait y avoir un train qui n’avait pas libéré les voies devant le nôtre).

Ensuite, la ligne quitte le réseau de Paris Montparnasse par le viaduc de Viroflay, sur lequel le train, dans un bon jour s’agissant d’une pointe du matin, a atteint les 90 km/h, avant de continuer sur sa lancée après avoir rejoint les voies de Paris Saint Lazare et de repasser une dernière fois au-desssus des 100 km/h, franchissant la gare de Chaville Rive Droite à 110 km/h (gare non desservie bien sûr).

A l’approche de Saint Cloud, un ralentissement s’impose, d’abord peu marqué (franchissement de la gare de Sèvres Ville d’Avray, non desservie également, à 90 km/h environ), puis comme à l’accoutumée bien plus sensible à proximité de la bifurcation avec les voies en provenance de Saint Nom la Bretèche, jusqu’à la gare de Saint Cloud. Dans ce secteur, la vitesse ne tournait plus qu’aux alentours de 40 km/h.

Passé Saint Cloud, le train devient omnibus jusqu’à l’arrivée, dans ces conditions il était intéressant de savoir quelle vitesse il avait le temps d’atteindre entre deux gares. Entre Saint Cloud et le Val d’Or, sur un court tronçon d’un poil plus de un kilomètre, le train a atteint près de 60 km/h. Ensuite avec des gares un peu moins rapprochées, les pointes suivantes se sont établies aux alentours de 75/80 km/h.

Enfin, passé Puteaux, l’approche du terminus s’est faite à une allure maximale de 55 km/h environ, avant que le tunnel sous la Défense ne mette un terme aux mesures à quelques encablures du terminus.

Le train est arrivé avec un retard théorique de 2 minutes environ, dans la pratique le temps de parcours était très raisonnable surtout en tenant compte du court arrêt avant Versailles, et donc conforme à la durée généralement constatée en l’absence de difficultés de circulation ferroviaire.


Mesures de vitesse sur le RER C

A l’occasion de la randonnée roller à Paris cet après-midi, j’ai pris le RER en passager normal entre Saint Quentin en Yvelines et Paris Austerlitz dans les 2 sens. J’ai pu effectuer des mesures de vitesse en wagon grâce à une montre GPS qui donnait cette information en temps réel, hors tunnels bien entendu car le signal GPS y est coupé (on oublie la section Javel – Austerlitz).

Voici l’essentiel de ce que j’ai retenu :

Trajet aller : démarrage rapide pour une première pointe de vitesse à 95 km/h entre Saint Cyr et Versailles Chantiers. Durant la suite du trajet avant Paris, les pointes se sont limitées à 70/80 km/h (pas de mesure dans le tunnel entre Chaville-Vélizy et Meudon où l’allure semblait rapide vers les 80-90 km/h). Dans Paris ralentissement sensible avec les meilleures pointes à 50/55 km/h, plus souvent autour de 40/45 km/h.

Trajet retour : Le tortillard parisien a encore frappé, avec une « pointe » à moins de 40 km/h entre Javel et Boulevard Victor. Par contre une fois sorti de Paris ça s’est nettement accéléré avec des premières pointes à 90/95 km/h entre Issy Val de Seine et Meudon, et encore une bonne allure (non mesurée) dans le tunnel suivant Meudon. Ensuite pointes à 85 km/h jusqu’à Versailles. Et le bouquet final pour la section la plus rapide à savoir entre Versailles et Saint Cyr avec une pointe mesurée à… 112 km/h ! Enfin avant de finir sa mission, le RER nous a gratifié d’une dernière pointe à 85/90 km/h avant Saint Quentin en Yvelines.

Une expérience intéressante en tout cas que je ne manquerai pas de renouveler sur d’autres trajets à l’occasion :)


Quand les transports parisiens deviennent un plaisir…

Hello,

Les transports en commun parisiens sont fréquemment décriés, et le plus souvent à juste titre, pour leur dose de dysfonctionnements divers et variés (avaries sur du matériel vieillissant, accidents de personnes, voire caténaires arrachées parfois), provocant des désagréments pour les usagers qui prennent parfois des allures de galère… sans compter les mouvements sociaux, certes pas très fréquents, mais qui reviennent régulièrement nous rappeler à nos mauvais souvenirs…

J’ai d’ailleurs longuement décrit sur ce blog la grande grève dans les transports d’octobre-novembre 2007, à (re)lire dans les premiers articles de cette rubrique, transports en commun.

Et bien une fois n’est pas coutume, ce mercredi d’octobre m’a permis de découvrir une autre facette bien plus agréable de ces transports, lors d’un trajet en heure de pointe s’il vous plait, sur une ligne peu connue et donc loin d’être surchargée, offrant de forts beaux paysages en prime. Et oui, c’est mal connaitre l’Ile de France que de penser que ceux-ci n’existent pas dans cette région !

Récit.

Lire la suite »


Accident(s) de personne(s)…

Ce mardi 2 septembre 2008, jour de rentrée des classes pour quelques 12 millions de scolaires en France, restera gravé d’une pierre noire sur le plan des transports en commun sur la région ferroviaire de Paris Montparnasse. En effet, à une heure d’intervalle, deux accidents de personnes (comprenez par là tentatives de suicides) vont affecter en pleine heure de pointe quasiment tous les trains du réseau Montparnasse.

La première a eu lieu peu avant 7h30 en bout de quai de gare de Saint Quentin en Yvelines. Une personne a été happée par un train régional ne marquant pas l’arrêt en gare et circulant donc assez rapidement. Un fait qui n’a rien d’un accident malheureusement.

La seconde a eu lieu dans l’Eure et Loire, sur la ligne à grande vitesse du TGV  Atlantique, vers 8h30.

Conséquence : Circulation totalement interrompue au niveau des accidents pendant l’intervention des secours, environ 1 heure. L’accident de Saint Quentin en Yvelines a touché les TER Centre, le RER C, la ligne N de Paris Montparnasse jusqu’à Rambouillet, ainsi que la ligne U (La Verrière – La Défense). Celui de la LGV (Ligne à Grande Vitesse) a touché de nombreux TGV en provenance ou à destination de Paris Montparnasse, sans possibilité de détour sur la ligne classique affectée elle par le 1er accident… Les retards étaient légion, atteignant fréquemment plus d’une heure, voire jusqu’à 4h, sur les TGV Atlantique. Idem pour les trains régionaux et de banlieue, avec de nombreuses suppressions en prime.

La reprise du trafic a eu lieu dans le courant de la matinée avec une résorption des perturbations en fin de matinée.

Voilà pour les infos générales, voici maintenant comment j’ai vécu ce début de matinée fort agité.

Lire la suite »